AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 In the early mornin' [Edgard]

Aller en bas 
AuteurMessage
Perle Skyline
Citoyenne de la Basse - Dame de compagnie
Perle Skyline

Messages : 23
Date d'inscription : 24/07/2009

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Métier: Dame de compagnie.
| Bloc Notes |:

In the early mornin' [Edgard] Empty
MessageSujet: In the early mornin' [Edgard]   In the early mornin' [Edgard] EmptyLun 27 Juil - 6:38

    Les rues d’Almara étaient tranquilles et peu fréquentées à cette heure matinale. Les pierres sous les pieds des rares piétons résonnaient comme s’il n’y avait rien eu d’autre qu’eux leur donnant l’impression de déranger un monde trop parfait. Perle aimait beaucoup cette sensation. Plus elle voyait le soleil mieux elle se portait. Ce dernier était justement en train d’amorcer sa course vers son zénith pour retomber vers l’horizon, comme il le faisait à tous les jours qui passaient. Perle avait toujours adoré le lever du soleil; c’était un moment unique et magnifique à contempler. Dommage qu’elle ne le partage avec personne depuis toutes ces années… La jeune femme déambulait dans les rues de sa ville chérie sans but déterminée. Il lui arrivait souvent de se retrouver sur les pavés de pierre pour le simple plaisir de profiter d’Almara sans que tous les bruits de la vie urbaine obscurcissent sa beauté rustique. Souvent, Perle se demandait comment serait la vie dans quelques décennies… De quoi aurait l’air les maisons, les calèches, les vêtements, les peintures. Un monde si différent que celui dans lequel elle vivait en ce moment! Quelques fois encore, elle se surprenait à espérer de pouvoir vivre assez longtemps pour admirer le pouvoir du temps sur une société entière. Sur un pays entier même! Peut-être que, finalement, la guerre qui sévissait entre les deux monarques s’estomperait… Un espoir assez utopique, mais l’espoir fait vivre comme on le dit souvent.

    Perle resserra le châle bleu poudre sur ses épaules tandis qu’un vent frisquet venait à passer sur sa peau nue. Ses cheveux virevoltèrent devant son visage un instant et elle crut être derrière un masque soyeux. Sa robe blanche immaculée se soulevait un peu, laissant voir des jambes à peine plus foncées. La jeune femme de vingt ans s’engagea dans une petite rue annexe qui, elle le croyait, l’a mènerait à son auberge préférée. Son sens de l’orientation n’avais jamais été son point fort et durant ses promenades matinales, Perle avait tendance à s’égarer de son itinéraire habituel. Bien vite, la rue étroite se transforma en allée délaissée et qui la conduisait vers d’autres maisons plutôt que la rue principale. Elle était perdue, encore une fois!
    « Bien jouée jeune fille! Et il n’y a personne aux alentours pour m’aider… », pensa-t-elle en esquissant une moue contrariée.
    Perle décida de rebrousser son chemin dans l’espoir de se retrouver ou encore de rencontrer une âme charitable qui lui indiquerait la bonne direction à prendre. La jeune femme n’était pas une très bonne cuisinière et préférait manger son petit déjeuné dans l’auberge de la ville. On y servait des œufs et du porc délicieux! Juste à la pensée d’un plat tout chaud, son estomac gronda. Qu’il lui tardait de manger! Son client de la veille n’avait pas pris la peine de diner et l’avait directement conduit à la fête où il voulait qu’elle l’accompagne, histoire de faire bonne figure et de ne pas admettre son célibat devant ses amis et ses patrons. Au détour d’une maison de pierre grise, Perle aperçut trois messieurs qui discutaient. Elle soupira, heureuse de ne pas être obligé de chercher l’auberge et espérer y arriver avant que midi ne sonne. Elle s’approcha, enjouée et les accosta avec son sourire charmeur :

    « Bon matin messieurs! Puis-je vous demander de m’indiquer le chemin le plus court vers l’Auberge? Disons que je me suis égarée à trop rêvasser. »

    Les trois individus se tournèrent d’un même mouvement vers Perle qui continua de sourire. Le premier, un homme costaud qui devait certainement effectuer des travaux manuels vu ses mains crasseuses et noires, la regarda d’un œil taquin et lui répondit :

    « Mais certainement mademoiselle! Pourquoi ne pas nous suivre, nous vous tiendrons compagnie! »

    Il jeta ensuite un regard de connivence avec ses compères pour rire d’un rire gras et lourd. Perle tritura ses doigts, signe de malaise chez elle. Elle essaya de garder une contenance en répliquant :

    « Je vous remercie de cette offre, mais je préfère être seule ce matin, pouvez-vous seulement me dire par où dois-je aller? »

    « Être seule?! Mais on ne peut tout simplement pas l’accepter! », rétorqua le deuxième homme au ventre proéminant.

    Leurs regards laissant entrevoir ce qu’ils réservaient chacun pour la jeune femme et cette dernière préféra s’éloigner d’un pas rapide. Les trois hommes lui entamèrent le pas en riant. Une proie facile, c’est ce qu’ils se disaient. Perle accéléra le pas, pensant sincèrement qu’elle ne les sèmerait jamais. Des larmes lui vinrent aux yeux : pourquoi il fallait que cela lui arrive, à elle! Elle continua de courir, soulevant sa robe pour empêcher de s’y empêtrer. Ses poursuivants étaient rapides et la rattrapaient de plus en plus. Le cœur de la demoiselle accéléra autant que son allure et au moment où elle sentit le souffle de l’homme qui lui avait répondu le premier, son corps percuta un obstacle. Perle s’étala de tout son long sur le pavé de pierre, froid de la rosée du matin. Un homme se tenait devant elle, au regard froid et aux cheveux couleur de feu. Elle pensa immédiatement qu’il avait les même intentions que les trois autres, mais son immobilité l’en dissuada. Il regardait les malotrus et non elle. Perle, quant à elle, restait sur le sol, ne sachant que faire…


[888 mots]
Revenir en haut Aller en bas
Edgard Skythiever
Chevalier du mal
Edgard Skythiever

Messages : 44
Date d'inscription : 22/07/2009
Age : 29

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Métier:
| Bloc Notes |:

In the early mornin' [Edgard] Empty
MessageSujet: Re: In the early mornin' [Edgard]   In the early mornin' [Edgard] EmptyLun 27 Juil - 16:18

La Peur. Ce sentiment qui vous joue des tours, vous paraît avoir disparu, puis qui revient au grand galop, sur son cheval noir et décharné. Ce sentiment qui vous fait commettre des actes dont vous n'auriez soupçonné ni l'existence, ni votre capacité à les accomplir. Cette envie de fuir face à l'insignifiant ou la déraison. Lâcheté. Incompatible avec l'orgueil. Tout ceci est pitoyable.
Le Désespoir. Comme si, dans votre corps, quelque chose vous démontrait à quel point vous n'êtes qu'une personne ratée et sans importance, dont l'existence même n'est réduite qu'à une suite de faux semblants et de concepts surfaits que la société vous a intégré de force dans l'esprit. Désespéré est l'être sans désir, sans rêve, sans envie. Sans envie autre que celle de fuir, parce qu'il a peur du Désespoir, peur en fait de lui-même, de ce qu'il est. Peur de ne pas être conforme à la vision des autres à propos du monde et du tout. En fait, il n'est pas lui, mais il tente de se convaincre qu'il est autrui. Alors ils sont tous fous.

L'expérimentation de ces principes égaux vis à vis de tout être humain a porté ses fruits, en le sens d'une réussite totale et d'une prodigieuse avancée scientifique. D'où l'intérêt des cobayes. Les villages brûlés, où tout à chacun avait droit à son lot de torture, apportent une grande contribution à la noble quête psychologico-scientifique d'Edgard. Il est assez impressionnant d'étudier la résistance du corps moyen d'un adulte, mais le plus amusant est de s'intéresser à sa volonté. La plupart du temps les gens vous diront qu'ils sont prêts à accepter n'importe quelle forme d'accord pour ne pas souffrir. De même qu'ils accepteraient de se transformer en bourreau si on leur en intimait l'ordre.

Les humains sont des êtres si malléables et si pathétiques qu'on en oublie la raison pour laquelle on les torture, tant le divertissement semble grandiose et fastueux.

Edgard marchait silencieusement, mais pas de façon spécialement discrète ou méfiante, comme à son habitude. Par ailleurs il semblait même plutôt décontracté, et ses allègres dissertations sur la torture de l'esprit humain qu'il s'inventait dans sa tête lui donnait un sourire aux lèvres qu'on ne lui imaginerai pas dans ses meilleurs jours. L'intérêt de tout cela, c'était cette façon qu'il avait de pouvoir les soumettre, les tordre et les plier à sa volonté. Le pouvoir, s'il intéresse les grands, n'égale pas la soumission totale d'un être à notre bon désir. Voilà le cheminement et l'état d'esprit actuel dans lequel se trouvait notre ami psychopathe. Mais tout ceci n'était que rustre futilité, et il se tira lui-même de ses songes pour admirer ce fantastique lever de soleil, qui diffusait toute sa chaleur doucereuse. Les couleurs chatoyantes brillaient et scintillaient dans le ciel, et l'homme planta son regard lunaire dans l'astre du jour. Directement. Toute trace de sourire ou d'expression commune disparut en cet instant de son visage, et il parut comme figé, comme n'était plus qu'un vague pantin de cire, sans vie, sans expression, sans âme. Son in expressivité devient alors, comme à chaque fois, le reflet de son insensibilité.

Ou presque. Il ressentit quand même le choc de cette femme qui lui rentrait dedans, au coin de la Troisième et de Amlind. Elle tombe au sol. Edgard reste là, sans bouger, fixant toujours le soleil, comme si rien ne le dérangeait. Mais les cris, incessants, lourds, des gros crétins qui lui couraient après firent tiquer le Chevalier. Il haussa un sourcil et tourna la tête.
La première chose sur laquelle il posa les yeux, c'était la femme en question qui l'avait percuté. Qu'en dire ? Qu'elle était belle ? Soit, c'était indéniable, quoiqu'un peu jeune pour lui. C'était aussi une dame de la nuit, son air fatigué à une heure si matinale ne trompait pas. De même que le raffinement avec lequel elle avait coiffé ses cheveux, ou apposé le maquillage sur son doux visage. Bon, elle était jolie. Et alors ? Ce n'était qu'une femme parmi tant d'autres. C'est autre chose qui attira principalement Edgard : les trois hommes qui la chassaient. Il vit son regard terrorisé, horrifié, son souffle haletant. Assez facilement, l'ancien Lieutenant de Mohin en déduisit qu'elle était... Pourchassée dirons nous galamment... Par ces trois malotrus auxquels il fallait sûrement apprendre les règles de vie élémentaires.

Edgard avait toujours haït ce genre d'homme, courant après le sexe facile, la violence et l'abus d'alcool. Parfois, les trois en même temps. Pour ces types là, attraper une femme dans la rue pour s'en servir comme d'un vide pulsion, c'était une chose aisée, voir habituelle. Comme ceux qui s'en prirent à Mère. Comme ceux qui voulurent la toucher, la souiller, la maltraiter. Comme ceux qui s'en sont prit à elle, ils s'en prennent aujourd'hui à cette femme. Ce n'était pas tellement pour elle, il se moquait d'elle comme d'une... Paire de... Enfin bref. Non, c'était plus pour la vengeance. Pour lui. Parce qu'il a trop longtemps supporté l'injustice. Trop faible pour leur tenir tête et les en empêcher. Plus aujourd'hui.

Il l'enjamba comme si elle n'était rien, comme si elle ne représentait rien d'autre qu'un vulgaire obstacle sur sa route. Il l'enjambe comme on évite un déchet purulent qui pourrait nous infecter, et il fait quelques pas pour se retrouver là, bloquant contre l'énorme abdomen de celui qui se tenait au milieu. Edgard retira sa capuche sombre de sur sa tignasse flamboyante, et planta son regard acier dans celui de l'homme bien plus grand que lui. Et il sourit. Sa voix s'éleva, d'un murmure, presque inaudible, mais le silence s'était fait. Comme si la nature elle même voulait entendre ce qu'il a à dire, et lui, il parlait "à sa manière", comme il le répétait souvent à ses hommes, "et tant pis pour ceux qui n'ont pas entendu."

"J'te propose un truc, rase-moquette. Tu prends tes deux potes, le binoclard et la fausse blonde, tu pars dans l'autre sens en oubliant la demoiselle, et j't'épargne."

Les trois hommes éclatèrent d'un rire gras et jaune. Répugnant. On voyait les chicos qui leur servait de dents, on sentait leur haleine imbibée d'alcool de prune, et leur odeur de transpiration et de tabac froid. Ces mecs puaient l'ignominie, et en Seigneur qu'il était, Edgard ne pouvait tolérer cette nouvelle infraction à son propre code de l'éthique. Restons propre, nous sommes civilisés, merde. A la limite quelques tâches de sang... Et puis, une fois calmé, le gros s'exclame :

"Oh, tu m'épargnes ? Tu me proposes de me laisser en vie ? Quelle charité !"
"Nan, c'est surtout que j'aimerai éviter de salir mes pompes quand je te botterai les fesses."

L'homme lança son poing en direction de la figure d'Edgard. Mais que vaut un badaud face à la toute puissance de l'un des Sept Sombres ? Strictement rien, et le Chevalier le lui prouva en arrêtant net la main de l'homme dans la sienne. Un sourire apparut sur le visage du bel homme, qui écrasa le poing de son adversaire, le broyant de ses doigts jusqu'à ce qu'ils soient blanchis sous la peau, par la pression. Il y eut un premier éclair, puis un deuxième, et un troisième, suivit de deux autres encore. La foudre avait-elle frappé ? Toujours est-il que le gros bonhomme se retrouva gisant au sol, découpé, le tronc sectionné de ses membres, gisant dans une mare ignoble de sang. Edgard tenait dans sa main Hoshibori, sa fidèle lame. Les cieux n'avaient pas envoyé leur force sur le pauvre bougre, mais le soleil s'était simplement reflété dans les mouvements amples, rapides, soigneux et meurtriers que le Chevalier avait effectué avec son épée. Tremblants, les deux autres paysans regardaient Edgard d'un air effrayé. Ce dernier se tourna vers eux avec un sourire malsain, presque... Démoniaque. Après quelques moulinets du poignet, l'ancien serviteur de Mohin avait réduit ces deux couards en kit de playmobil...

Le jeune homme s'étira et fit un grand geste sec de l'épée, du coin haut gauche vers le coin bas droit. Le sang sur la lame vint s'écraser au sol, dans la flaque immense déjà existante. Il baissa les yeux et la contempla.

"Ah, merde, s'exclame-t-il alors. Des chaussures neuves."
Revenir en haut Aller en bas
Perle Skyline
Citoyenne de la Basse - Dame de compagnie
Perle Skyline

Messages : 23
Date d'inscription : 24/07/2009

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Métier: Dame de compagnie.
| Bloc Notes |:

In the early mornin' [Edgard] Empty
MessageSujet: Re: In the early mornin' [Edgard]   In the early mornin' [Edgard] EmptyMar 28 Juil - 7:32

    L’inconnu bougea et par un geste de pur réflexe, Perle mit ses mains devant son visage si délicat. Elle avait peur et était entourée d’inconnus plus mal intentionné les uns que les autres. Tout ce qu’elle demandait était de rentrer chez elle maintenant. Tant pis pour son petit-déjeuner à l’Auberge! Mais l’homme qu’elle avait malencontreusement percuté ne la frappa pas, il l’enjamba plutôt sans lui prêter la moindre attention. D’abord vexée par le manque de courtoisie de l’inconnu aux cheveux flamboyants, Perle se dit qu’il en valait peut-être mieux ainsi. Son présumé sauveur menaça ses poursuivants dans un murmure et, bien entendu, les trois hommes n’en firent rien. Mal leur en pris puisque le Chevalier prit son arme et les décapita en quelques menu morceaux. La jeune femme, qui s’était remise debout sans bruit, resta pétrifiée d’effroi. Elle n’avait jamais vu quelqu’un mourir et surtout, jamais vu autant de sang… Tout ce sang qui s’étalait en immense flaque pourpre autour des cadavres qui et allait même sur les chaussures du seul survivant du massacre : son initiateur.

    « Ah, merde, des chaussures neuves. »

    Cette phrase dite sur un ton anodin fit sortir Perle de sa torpeur. Son regard se déplaça lentement des trois hommes morts sur celui toujours en vie. Il l’avait sauvé elle en les tuant eux, mais elle ne se sentait pas rassurée pour autant. L’inconnu les avait achevés avec tellement d’indifférence, tellement de… plaisir même. Il n’aurait aucun mal à la décapité comme un vulgaire porc. La jeune femme ne savait que faire. Bien sûr, elle voulait remercier l’homme qui l’avait sortie de ce mauvais pas, mais elle avait terriblement peur de s’en approcher. Elle décida donc de rester à la même place et d’éviter de regarder l’état de la ruelle.

    « Merci… monsieur. Je vous suis redevable…Vous… votre nom? »

    Sa voix tremblait, ses mains étaient rouges à force de les secouer dans tous les sens. Ses joues avaient pris une teinte rouge, presque aussi rouge que le sang qui s’accumulait sur le pavé. Juste à cette image, la nausée prit violemment Perle qui ne put retenir un hoquet. Elle déglutit avec mal et se força à respirer à grande bouffée d’air. Elle voulait partir et ce, maintenant! Mais c’était impoli que de laisser cet homme qui l’avait aidée gratuitement seul. Du moins, c’était ce que croyais Perle.

    « Dites-moi, monsieur… cela vous ennuierait-il de me raccompagnée jusqu’à la rue principale? Je me sentirais plus en sécurité jusque là avec quelqu’un à mes côtés… mais vous n’êtes pas obligé, je veux dire, vous m’avez déjà sauvée la vie, je… »

    La jeune femme se força à se taire. Elle ne faisait qu’empirer la situation et peut-être même était-elle entrain de s’attirer les foudres de cet inconnu au regard si perçant et froid. Comme elle le trouvait effrayant! Mais… beau, elle devait l’admettre. C’était souvent les plus beaux hommes les plus dangereux. Elle se sentait terriblement stupide de rester là, à regarder le sol pour ne pas voir ni les cadavres non loin d’elle ni l’homme qui les avait tué de sang froid.
Revenir en haut Aller en bas
Edgard Skythiever
Chevalier du mal
Edgard Skythiever

Messages : 44
Date d'inscription : 22/07/2009
Age : 29

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Métier:
| Bloc Notes |:

In the early mornin' [Edgard] Empty
MessageSujet: Re: In the early mornin' [Edgard]   In the early mornin' [Edgard] EmptyMar 28 Juil - 15:06

L'Hypocrisie est un concept intéressant et fort répandu chez le genre humain. Lorsqu'on dit que telle ou telle personne a fait quelque chose de bien ou de juste, c'est hypocrite au possible. Cela revient en réalité à dire que cette personne, qui a agit selon sa conscience, à savoir, donc, pour elle-même, qu'elle a bien fait d'écouter les voix dans sa tête et de réagir, quoi qu'il se passe. Certains pensent même être des "sauveurs", des gens à qui ont doit une reconnaissance éternelle pour un acte de bravoure plus ou moins qualifiable péjorativement, d'un égocentrisme fulgurant et d'une malhonnêteté à toute épreuve. 'Sachez, chers élèves,' avait alors dit Edgard un jour où il assurait le cours de stratégie des cadets, 'que l'homme ne fait rien par générosité. Il agit selon le bon sens exact qui fait qu'il est avant tout égocentrique. Il agira pour soulager sa conscience, et ses actes seront dictés par une volonté qui lui est propre. Et il en sera remercié.' A l'extrême, ajoutait-il, si on suivait même la théorie du remerciement général jusqu'au bout, on devrait aussi remercier les violeurs et les meurtriers d'avoir agit selon les dires de leur conscience. Et voilà. L'être humain est un hypocrite.

On ne sauve pas les gens par respect ou par bonheur, mais par envie qu'on le reconnaisse, parce qu'on n'aime pas voir des voyous s'en tirer, parce qu'on a une soudaine envie d'en découdre, parce qu'on veut se venger, car des voyous nous ont volé notre sucette étant petits... Il existe un tas de déclencheurs au fait d'aider son prochain. Mais jamais, au grand jamais, quelqu'un ira aider un inconnu pour strictement rien d'autre que de l'aider. Certains vous diront : ça me fait plaisir. Alors tu agis pour toi, pas pour l'autre. Les gens sont hypocrites.

Edgard n'était pas de ces hypocrites, mais il n'était pas non plus de ceux qui se disaient bon samaritain. Le jeune homme l'avouait sans complexe. Il aidait car cela servait son intérêt. Il aidait car il calcule un rapport de nécessité entre le fait de sauver une personne et ce que cela peut lui rapporter. Dans le cas présent, il s'agissait purement et simplement d'une vengeance. L'ex Lieutenant était-il pour autant hypocrite, malotru ? Pas spécialement. Il ne se cachait pas de son je-m'en-foutisme et acceptait même la critique. Il saluait ensuite bien bas et vous n'étiez plus là pour voir que votre sang est sur sa lame. La générosité n'existe pas, et les humains sont tous pourris. Un peu comme les trois ... Enfin ce qu'ils en reste. Ce n'était plus qu'un amas de chairs sanguinolents, baignant dans leur propre sang. Cause de la mort : exsanguination. Et multiples blessures. Edgard tourna la tête des deux côtés de la rue : aucun milicien, aucun soldat, pas un cri, rien ? Cette ville avait changé. En bien. Enfin, en mal, mais c'était plutôt bien pour lui.

Skythiever se tourna vers la jeune femme. Elle le fixait comme si elle avait vu le diable. Ou juste comme si elle avait vu un Chevalier Noir trucider trois péquenos à l'épée. Ouais, ça devait être ça. Ben tiens, maintenant elle lui demandait son nom. Pourtant assez connu, mais tout dépendait du portrait qu'ils avaient mit sur les avis de recherche en son nom. Et elle voulait qu'il lui serve de garde du corps ? Pourquoi pas lui cirer les pompes... Intéressant, ceci dit. Il la toisa pendant un petit moment, le sourcil gauche en suspens au milieu du front. Intéressant. Malgré le fait qu'il vienne de trucider trois gars sous ses yeux et qu'elle soit morte de trouille, elle veut quand même rester avec lui. Le Chevalier regarda autour de lui. Sur un mur à quelques mètres, une affiche proposait une récompense de plusieurs millions de pièces d'or pour la capture vivante de l'ex "Lieutenant des Forces Armées du Roi Mohin, Edgard Skythiever. Recherché pour Haute Trahison, Meurtres, Patricide, Désertion et Complicité de Trahison." L'intéressé pointa l'affichette du doigt, et, s'adressant autant à la jeune femme qu'à lui même, il murmura :

"Tiens, ils ont même augmenté la prime sur mon cadavre. Intéressant. Complicité de Trahison. Il était pas là la dernière fois que je suis venu."

Edgard s'approcha de l'affiche et l'arracha du mur, puis revint vers la demoiselle. Il mit son portrait à côté de son propre visage et, son regard allant de la demoiselle au bout de parchemin, il demanda :

"Vous trouvez pas qu'ils m'ont foiré le nez ?"
Revenir en haut Aller en bas
Perle Skyline
Citoyenne de la Basse - Dame de compagnie
Perle Skyline

Messages : 23
Date d'inscription : 24/07/2009

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Métier: Dame de compagnie.
| Bloc Notes |:

In the early mornin' [Edgard] Empty
MessageSujet: Re: In the early mornin' [Edgard]   In the early mornin' [Edgard] EmptyMar 28 Juil - 23:27

    Perle se sentait stupide. Apeurée et stupide. Elle regardait fixement à terre, de peur d’éclater en sanglot ou de vomir son estomac. La senteur des trois cadavres lui montait à la tête et son cœur fragile ne tiendrait pas longtemps. Le goût écœurant du sang imbibait la langue de la jeune femme qui avait bien du mal à déglutir. Comment ce cauchemar avait pu avoir lieu?! Perle n’était pas aussi naïve qu’elle le laissait prétendre : sa beauté attirait la convoitise et le désir des hommes. C’était la raison principale de cette poursuite meurtrière. Les trois malotrus qui l’avaient pourchassé voulaient profiter de ce corps de rêve, ce corps si délicat et qui paraissait innocent et pur. Son travail tournait autour de ce corps parfait que les hommes voulaient si ardemment, mais pas sa vie. Perle leva lentement ses yeux bleus vers l’homme qui l’avait sauvé d’un viol multiple. Il déchira une affiche qui se trouvait non loin sur un mur en disant une phrase qu’elle n’entendit pas bien et s’approcha d’un pas rapide vers elle. Son cœur rata un battement. Allait-il la tuée aussi?

    « Vous trouvez pas qu'ils m'ont foiré le nez ? »

    Perle regarda l’annonce qui était inscrite sur le parchemin. Une prime sur le cadavre d’Edgard Skythiever ayant plusieurs chefs d’accusation à son actif. La jeune femme de vingt ans avait souvent vu cette illustration d’un homme autoritaire avec une chevelure ayant les mêmes couleurs que le feu dévastateur… Ses pupilles se dilatèrent. Elle avait devant elle ce même homme, cet assassin, ce traître. Elle lui parlait! Elle ne devait pas rester là. Comment avait-elle pu ne pas s’en souvenir à la seconde où elle avait vu ses cheveux?! Perle se maugréa mentalement et se fit violence pour ne pas prendre ses jambes à son cou à l’instant. De toute façon, elle savait bien qu’il l’a rattraperait en quelques secondes et il était sans pitié, elle avait eu l’occasion de le voir.

    « Non je… le dessin n’est pas très représentatif… Vous… vous êtes plus intimidant en personne… Je… je crois que je devrais rentrer maintenant. Merci de m’avoir sauvée…Adieu. »

    Perle se retourna et commença à marcher dans la direction opposée au cadavres et surtout, dans celle contraire à Edgard Skythiever, le Chevalier traître. Elle ne voulait rien avoir à faire avec lui, rien lui devoir. Malheureusement, le souvenir de ce matin la hanterait toute sa vie. Si elle partait maintenant, peut-être qu’un jour ou l’autre, le Chevalier meurtrier reviendrait lui demander amande. Même si elle ne le voulait pas, elle devait quelque chose à cet homme : sa vie. Perle s’arrêta à quelques mètres de distances de la scène de massacre auquel elle à assister contre son gré. Elle eu un temps d’arrêt, hésitant encore sur son choix et fini par se retourner pour regarder la personne qui lui faisait si peur. Sans pour autant se rapprocher, elle dit :

    « Vous n’êtes pas le bienvenu dans cette ville, vous le savez, n’est-ce pas? Peut-être que je pourrais vous aidez… pour vous remercier. »

    Sa voix avait repris quelque peu de son assurance habituelle. Mais la peur restait toujours encrée dans son ventre, accélérant son rythme cardiaque à chaque battement. Comment avait-elle pu se laisser entraîner dans un tel pétrin? Et avec l’un des Sept?!
Revenir en haut Aller en bas
Edgard Skythiever
Chevalier du mal
Edgard Skythiever

Messages : 44
Date d'inscription : 22/07/2009
Age : 29

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Métier:
| Bloc Notes |:

In the early mornin' [Edgard] Empty
MessageSujet: Re: In the early mornin' [Edgard]   In the early mornin' [Edgard] EmptyJeu 30 Juil - 21:30

Edgard regarda à nouveau l'affichette. Elle ne la trouvait pas ressemblante, et c'était aussi de son avis à lui. Il plissa le bout de papier afin d'enlever les froissures, puis il posa le tout sur le plus gros morceau de cadavre. Un peu comme... Une signature, ou quelque chose comme ça. Satisfait, il se frotta les mains et se tourna à nouveau vers la jeune femme. Elle s'était éloignée. La peur... La peur l'avait saisie au ventre comme un ogre aurait saisit sa proie. Il voyait la terreur dans son regard. Il la lisait dans ses gestes. Dans son comportement. Dans l'intonation de sa voix. L'indifférence la plus totale se peignit sur son visage fatigué. La jeune femme avait peur. Pendant un quart de seconde il trouva cela normal : après tout, il tablait essentiellement sur sa capacité à faire naître et à cultiver la peur chez autrui. C'était là son principal talent, son principal pouvoir. Et puis... Il s'en voulu. Il regardait cette jeune femme, à quelques mètres de lui. Faible. Fragile. Une poupée de porcelaine, qu'on voudrait éviter de briser. Un tissus formidablement bien plié qu'on ne voudrait pas froisser. Cette femme n'était pas normale. Edgard fronça les sourcils. Il ne sentait aucune magie et pourtant il avait comme l'impression qu'elle excerçait sur lui un pouvoir inconnu. Son instinct de survie lui disait de réagir, de se précipiter sur elle, de l'étrangler ou de séparer sa tête de son corps... Mais il en demeurait incapable.

Il baissa la tête et se tourna vers le carnage qu'il avait occasionné. Oui, c'est vrai. Il aurait pu se contenter, comme l'aurait sûrement fait une personne comme Arc, de simplement soumettre les trois gaillards au lieu de les tuer. Puis de les attacher et de les rendre à la justice. Mais Edgard n'était pas comme ça. Il n'était pas de ce genre à éprouver pitié ou compassion. Le pardon il ne l'accordait pas. Il tuait, et laissait le Seigneur et son Jugement Dernier décider de ce qu'il adviendra des âmes qu'il lui envoie. Le jeune homme n'est pas une personne tendre, non plus, ni gentille. Il se moque des conventions, il se moque de ce qu'on pensera de lui ; il analyse la situation et réagit en conséquence avec ses méthodes à lui. C'est pour ça qu'il les aura tués. Pour ça qu'il a secouru cette femme, sans importance, sans intérêt. Quelque chose en elle l'intimait de faire quelque chose, peu importait quoi. Il fallait qu'il tue ces hommes... C'était sa façon à lui de faire. Il releva les yeux pour la regarder. Elle semblait vouloir se donner une assurance qu'elle n'avait pas. Il la jaugea du regard. Il était très doué pour deviner des choses sur les gens rien qu'en écoutant quelques phrases et en regardant votre attitude. Elle était loin d'être sûre d'elle. A des années lumières.

"Oui, vous pourriez m'aider."

Il fit quelques pas pour se rapprocher d'elle et s'arrêta à bonne distance. Le vent venait de se lever ; cela commença par une petite brise, mais depuis quelques instants c'étaient des bourrasques plus violentes. Il se passa la main dans les cheveux et prit une grande inspiration.

"Connaissez vous un endroit où nous serions à l'abri ?"

La pluie commençait à s'écraser sur ses épaules. Le ciel s'était couvert et le temps s'annonçait orageux. Il aurait pu partir immédiatement, mais il pouvait aussi lui poser les questions qu'il aurait à demander à Mohin. Cette femme faisait partie de celles qui étaient au courant de tout. Il posa galamment sa main sur l'épaule de la jeune femme et la retourna pour l'emmener dans l'autre sens de la rue. Il lui offrit son bras pour l'accompagner et l'entraîna. Avec de la chance, elle finirait par avoir moins peur de lui et confier ce qu'il avait envie de savoir... A commencer par :

"Comment vous nommez vous chère demoiselle ?"
Revenir en haut Aller en bas
Perle Skyline
Citoyenne de la Basse - Dame de compagnie
Perle Skyline

Messages : 23
Date d'inscription : 24/07/2009

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Métier: Dame de compagnie.
| Bloc Notes |:

In the early mornin' [Edgard] Empty
MessageSujet: Re: In the early mornin' [Edgard]   In the early mornin' [Edgard] EmptyJeu 30 Juil - 22:51

Perle avait peur et se trouvait stupide. Proposez son aide à un homme comme Edgard Skythiever n’était pas la chose la plus courtoise qu’il fallait faire. Mais la jeune femme n’y pouvait rien, elle était comme sa mère l’avait faite; douce, compatissante et… ayant toujours le besoins d’aider autrui. Même si cette personne était un meurtrier et un traître. Pour l’instant, il n’avait rien fait ou dit qui pouvait laisser croire qu’il en voulait à sa vie. Pourtant, quand il se rapprocha, elle eu un léger sursaut de peur. Elle ne pouvait faire confiance à cet homme dur et froid, elle n’en était pas capable. Mais… il était si beau et si galant même s’il avait tué trois hommes de sang froid. Le vent se leva, très fort, et la pluie tomba sur eux et sur les cadavres d’un coup sec. L’orage n’était pas loin. Perle était trempée de la tête au pied et sa vue se brouillait tant il y avait de l’eau qui tombait sur son visage. Edgard n’était pas mieux qu’elle et lui demanda, un peu ironiquement, si elle connaissait un abri où ils pourraient rester sec et… parler? Le Chevalier du Mal s’avança encore un peu plus près de la dame de compagnie et posa sa main sur son épaule. Étonnement doucement pour quelqu’un comme lui. Perle ne broncha pas et le suivit. Il lui demanda également son prénom. Devait-elle le lui dire ou garder le silence? Mais cela risquerait de le mettre en colère… Peut-être pourrait-elle lui donner une fausse identité… Il n’était pas stupide et elle hésitait trop longtemps.

« Perle Skyline, monsieur. Je me nomme Perle. », dit-elle dans un souffle.

Elle ne se sentait pas rassurée, mais n’avait plus aussi peur de lui. Il l’a tuerait facilement s’il le voulait et elle ferait tout pour ne lui donner aucune raison de commettre un quatrième meurtre. Quand ils sortirent de la ruelle ensanglantée, Perle prit les commandes et conduisit son compagnon vers sa maison. Le semblant de maison qu’elle avait en ville ne conviendrait pas. Tout le monde pouvait l’en voir sortir en entrer et les commérages allaient bon trains dans un quartier comme celui dans lequel vivait Perle… et son métier ne faisait rien pour atténuer la chose. Surtout ses deux voisines qui adorait lui poser toutes sortes de questions sur ses clients : qui ils étaient, étaient-ils riches, avait-elle eu une relation intime avec eux… Perle ne comprenait pas pourquoi certaines personnes étaient plus intéressées par la vie des autres que la leur. Alors, sur un coup de tête, la jeune femme décida d’emmener Edgard à la maison familiale des Skyline. L’endroit était assez désert, personne ne penserait à venir déranger Perle à cet endroit puisque peu de personnes connaissaient l’existence de cette demeure. Ils seraient tranquilles. En espérant très fort que personne ne remarque la présence du Chevalier traître dans la ville, tout devrait bien se passer. Perle avait un drôle de sentiment, comme si c’était elle la traîtresse. Ce qui, en théorie, n’était pas loin de la vérité puisqu’elle trahissait son roi en gardant secrète la venue du plus recherché des hommes dans la ville qui l’avait banni.


Suite > Maison familiale des Skyline.
Revenir en haut Aller en bas
Edgard Skythiever
Chevalier du mal
Edgard Skythiever

Messages : 44
Date d'inscription : 22/07/2009
Age : 29

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Métier:
| Bloc Notes |:

In the early mornin' [Edgard] Empty
MessageSujet: Re: In the early mornin' [Edgard]   In the early mornin' [Edgard] EmptyMar 11 Aoû - 12:43

[Bon me voilà de retour !
Question stupide, tu veux que je commence chez toi le topic ?]
Revenir en haut Aller en bas
Perle Skyline
Citoyenne de la Basse - Dame de compagnie
Perle Skyline

Messages : 23
Date d'inscription : 24/07/2009

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Métier: Dame de compagnie.
| Bloc Notes |:

In the early mornin' [Edgard] Empty
MessageSujet: Re: In the early mornin' [Edgard]   In the early mornin' [Edgard] EmptyMar 11 Aoû - 20:43

ouais sil te plait ^^
Revenir en haut Aller en bas
Edgard Skythiever
Chevalier du mal
Edgard Skythiever

Messages : 44
Date d'inscription : 22/07/2009
Age : 29

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Métier:
| Bloc Notes |:

In the early mornin' [Edgard] Empty
MessageSujet: Re: In the early mornin' [Edgard]   In the early mornin' [Edgard] EmptyMer 12 Aoû - 1:49

[ Faudra que tu me files une description de ta maison et de ton quartier un peu plus élaborée que ce que tu as mit dans la présentation habituelle, histoire que je ne fasse pas de bêtises... Embarassed ]
Revenir en haut Aller en bas
Perle Skyline
Citoyenne de la Basse - Dame de compagnie
Perle Skyline

Messages : 23
Date d'inscription : 24/07/2009

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Métier: Dame de compagnie.
| Bloc Notes |:

In the early mornin' [Edgard] Empty
MessageSujet: Re: In the early mornin' [Edgard]   In the early mornin' [Edgard] EmptyMer 12 Aoû - 20:35

Aaaah merde. Bon d'accord, je vais ouvrir un topic pour mettre une description plus en détail.

ADMIN : les mps sont là pour ça !!!! Pas de flood comme cela à la fin d'un topic ! Perle si tu veux plus de description envois y moi en mp et j'y rajouterais à celle que j'ai mise !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




In the early mornin' [Edgard] Empty
MessageSujet: Re: In the early mornin' [Edgard]   In the early mornin' [Edgard] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
In the early mornin' [Edgard]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Faucheuse :: | L'AUTRE MONDE - ALMARA | :: Les rues-
Sauter vers: